Jour 1 & 2 : Le départ

13/02/2023 

Nous ne sommes partis de Kendari que vers midi, car nous attendions l’arrivée des cartouches de gaz venant de Makassar par la route. Nous avons roulé jusqu’à un petit village où nous avons mangé le meilleur déjeuner depuis que nous sommes arrivés, puis nous avons repris la route sur une piste très chaotique, avec de nombreux petits ponts en bois très abimés, et nous avons progressé jusqu’à la vallée du fleuve Konaweha. 

On a ensuite pris le plus grand pont de Sulawesi Tenggara et nous sommes montés jusqu’au village d’Uluiwoi. Une fois arrivé dans ce village, nous nous sommes rendus compte que nous étions allés trop loin et que nous nous étions trompés d’itinéraire. Il était déjà tard donc nous nous sommes arrêtés là, il fallait que je télécharge encore quelques petites images satellites avant de repartir. 

Une dame très gentille nous a accueillit pour la nuit, l’occasion de profiter du dernier réseau internet et d’une bonne nuit de sommeil.

L’équipe en route pour les forêts du Konawe

14/02/2023 

Ce matin nous nous sommes réveillés relativement tôt à l’heure de la prière à 5h, dans le village de Uluiwoi, et nous avons passé du temps à préparer nos affaires et à les répartir dans les sacs. Une fois pesés, les sacs étaient sacrément lourds. Le mien faisait 37kg, celui de Jamil 32kg et ceux d’Antoine et Bagus autour de 28kg. 

Nous sommes partis vers 10h, et nous avons roulé pendant 2h jusqu’à la vallée de Latoma pour reprendre la bonne route et remonter jusqu’au point de départ. 

Une fois arrivés au village, nous avons voulu discuter avec les gens du coin, pour savoir s’il était possible de partir avec l’aide de porteurs, mais aussi pour prévenir les autorités de notre passage.

Le maire du village est arrivé à 17h et une négociation avec les porteurs s’est engagé. Certaines étaient motivés pour nous accompagner mais uniquement avec la présence de leur leader, qui lui, refusait de venir parce que sa femme n’était pas d’accord. C’est finalement le maire qui a débloqué la situation à 17h. On a pu embarquer avec les porteurs sur les 4×4 et partir juste avant la nuit.

L’équipe des porteurs indonésiens au complet !

On est allé le plus loin possible sur la piste qui n’était vraiment pas simple et presque invisible, car recouverte par la végétation. On n’y voyait rien et il y avait des ponts bien dangereux à passer, au-dessus de petits ravins et de la rivière, bref, il ne fallait pas se rater. 

J’oublie un petit détail ! A travers les phares de la voiture, on a vu passer un petit animal de la taille d’un chat avec une tête de félin. Il était marron clair et plus trapus qu’un chat.

Nous sommes arrivés vers 20h, plus loin que nous le pensions, donc nous avons un peu rattrapé le retard que nous avions pris au village. Nous avons installé notre campement et dit au revoir à nos chauffeurs et amis qui nous avaient gentiment amené jusque-là. On est très contents d’être enfin sous la tente, installés sous les bruits de la forêt et de la rivière. C’est un joli petit coin en plein milieu de la forêt, ça sent bon et le son de la forêt est particulièrement relaxant. On s’est couchés relativement tôt comme toujours quand on s’éloigne de la vie “civilisée” et c’est très agréable.

Poursuivez votre lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

14 − 2 =