J-7 – Journées de préparation

Cela fait maintenant quelques jours que je suis arrivé à Kendari, la capitale de la province du sud-est Sulawesi. Une ville que je connais bien pour y avoir séjourné plusieurs mois ces dernières années dans le cadre des différents projets que nous développons sur cette île. J’y ai retrouvé Antoine, second français de l’aventure, présent en Indonésie depuis plus d’un mois. Il nous reste 1 semaine pour préparer notre prochaine mission en totale autonomie dans les massifs de Tangkelemboke et Matarombeo.

De gauche à droite, Memed, Hams et Evrard lors de leurs retrouvailles début février 2023.

Le 6 février, nous réalisons une première rencontre avec la majeure partie de l’équipe de l’expédition. On découvre notamment Bagus pour la première fois, le benjamin de l’équipe qui sera chargé de filmer l’expédition. Ime, qui dirige l’ONG indonésienne Komunitas Teras, proche partenaire de Naturevolution sur le volet « Aires protégées », fera également partie de l’aventure. Lors de cette première réunion, nous abordons les différentes possibilités de parcours et définissons le planning des prochains jours.

Le 7 février, nous sommes accueillis par le BKSDA – gestionnaire des aires protégées et représentants du ministère de l’environnement au niveau de la Province et de ce fait partenaire essentiel de Naturevolution dans nos projets d’Aire Protégée. L’objectif de ce meeting est d’une part de leur présenter officiellement notre projet et d’autre part de définir quel membre de leur organisation sera le 5eme élément de notre equipe, il est en effet prévu depuis de longs mois qu’un des leurs nous accompagne ce qui me ravit parce que donnera alors une dimension plus officielle à notre expédition et surtout cela nous permettra de créer un lien encore plus fort avec le BKSDA, ce qui, pour la suite de notre projet, pourrait s’avérer très utile.

Malheureusement entre le planning déjà chargé et l’inquiétude des autres à l’idée de partir avec nous sur cette aventure, le BKSDA ne trouve personne pour nous accompagner.

Ime nous propose alors son ami Jamil, un jeune homme dont les atouts sont nombreux. D’une part, il a déjà participé à plusieurs expéditions spéléologiques ces dernières années notamment avec l’explorateur spéléologue Bertrand Valentin. D’autre part étant natif de la région, il parle le dialecte local, ce qui n’est pas négligeable car c’est une langue totalement différente de l’Indonésien académique.

Le 10 février, nous réalisons l’ultime point avant le départ. De gauche à droite : Bagus, Jamil, Ime, Evrard et Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

deux × 1 =