Atelier de formation à la gestion des acanthasters

FORMATION – Suite à nos investigations sur les étoiles de mer couronnes d’épines rencontrées sur les récifs Sulawesi, nous avons cette année posé les bases d’une réponse coordonnée à ces infestations en organisant à Kendari un atelier de formation avec les parties prenantes au niveau de la province.

Afifah, une des participant.e.s à la formation terrain « Gestion des infestations d’acanthasters sur les récifs coralliens de Sulawesi du Sud-Est » injecte une couronnes d’épines avec les kits à injections fabriqués localement. © Risfandi ‘Otonk’ / Langkoe Dive Center

L’idée du projet

Dans la lignée de nos échanges avec Pascal Dumas, chercheur spécialiste des acanthasters à l’IRD de Nouvelle-Calédonie, et face à une demande locale en solutions, nous avons initié en 2021 un nouveau projet sur la détection et la gestion des infestations d’acanthasters sur les récifs de la province. Ce projet s’inscrit dans le cadre plus vaste de nos activités pour la protection des récifs coralliens de Sulawesi.

Les infestations d’acanthasters étant l’une des principales causes de mortalité des récifs coralliens de la région Indo-Pacifique et sans doute la seule contre laquelle il est raisonnablement possible d’agir au niveau local avec un impact certain, ce projet s’est naturellement imposé.

L’idée est de répliquer à Sulawesi une stratégie développée par Pascal et ses collègues en Nouvelle-Calédonie, au Fiji et au Vanuatu via une surveillance des récifs par les usagers déclenchant, en cas d’infestations avérée, l’intervention d’une équipe dédiée.

Une formation théorique en distanciel

Cet évenement est le fruit d’une collaboration entre d’une part l’IRD – via sa représentation à Jakarta – et d’autre part nos partenaires locaux, Naturevolution Indonesia et Toli Toli Giant Clam Conservation. L’ensemble de la formation fut organisée en collaboration avec le gestionnaire des aires protégées de la province (BKSDA Southeast Sulawesi) et l’agence des ressources marines (BPSPL Sulawesi, délégation de Kendari), mais aussi avec des chercheurs venus des deux principales universités de la province.

En prélude à la formation, nous avons élaboré en anglais et en indonésien un document de formation (synthétique… en 10 pages !) couvrant les principaux éléments relatifs à l’écologie des acanthasters, au phénomène des infestations et aux réponses à leur apporter.

L’atelier a lieu en visio sur une demi-journée fin juin. Via une alternance entre présentations, extraits vidéos et interactions entre Pascal et les participants, les principaux aspects concernant la gestion des acanthasters ont été abordés.

Imut, aujourd’hui directrice opérationnelle de Naturevolution Indonésie, a animé la formation côté Kendari.

Poursuite de la formation sur le terrain

La formation s’est ensuite poursuivie sur le terrain. Soucieux de diffuser ces connaissances le plus largement possible, nous avions invité une majorité des clubs de plongée de la province. L’équipe – maintenant constituée d’une vingtaine de personnes – s’est rendue à Labengki pour pratiquer le protocole de suivi (recherche active et comptage des couronnes d’épines sur une durée de 10 minutes), l’analyse parfois contre-intuitive des données récoltées et s’entraîner à l’injection des acanthasters.

N’ayant pu nous procurer à l’avance des kits à injection d’acanthasters dédiés, Memed, déjà présent sur la mission acanthasters de 2018 et aujourd’hui directeur de Naturevolution Indonésie, a fabriqué une demi-douzaine de kits à l’aide de pièces disponibles en Indonésie. Cela nous a permis de tester la faisabilité de fabriquer les kits localement, l’idée étant de diffuser en ligne un tutoriel afin que chaque club de plongée en Indonésie puisse fabriquer ses propres kits à injections.

Voir quelques photos et vidéo sur nos chaînes Instagram et Facebook.

Diffusion dans les médias locaux

Grâce à la présence d’Ino, journaliste, caméraman et plongeur, l’événement a eu un certain retentissement auprès des médias locaux, par exemple ici et . Dans le reportage ci-dessous (en indonésien sous-titrée anglais) diffusé sur la télévision locale, Habib, notre partenaire, présente la problématique des acanthasters et retrace les activités menées sur le terrain au cours de la formation. Si la vidéo ne s’affiche pas ci-dessous, elle est visible ici sur youtube. L’IRD a également publié un communiqué sur leur site.

Quelle suite pour ce projet ?

Dans un premier temps, nous sommes en train de mettre en ligne l’ensemble des ressources que nous avons compilées lors de cette formation – document de formation, visuels, vidéos, tutoriel de fabrication des kits à injection, etc. – afin de constituer un « Pôle ressources Acanthasters » en anglais et en indonésien, permettant à chaque partie prenante des récifs coralliens de se former à cette problématique et d’acquérir ou de fabriquer les outils nécessaires.

Afin d’aller encore plus loin, nous sommes en discussion avec des partenaires institutionnels afin de mettre en ligne une plateforme de reporting des observations citoyennes d’acanthasters pour l’île de Sulawesi sur le modèle du réseau OREANET, permettant ainsi aux institutions gestionnaires et aux organisations spécialisées de donner l’alerte en cas de détection citoyenne d’infestations.

Les participants de la formation terrain au siège de Toli Toli à l’issue de la formation. La motivation est au rendez-vous !

Découvrez ce projet en détail

Pour la préservation et la réhabilitation de récifs au coeur du triangle de corail

Poursuivez votre lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × un =