Jour 5 – Rencontre avec un Python

Carnet de bord – Antoine 

On s’est réveillés comme d’habitude au lever du soleil, avec le bruit de la rivière et la lumière. On prépare nos affaires, on mange du riz et des nouilles. On est toujours un peu lents au départ, on met beaucoup de temps à se préparer. La matinée était assez lente, on attendait toujours une ou deux personnes. On alternait entre forêt et rivière. 

On commençait à sentir une odeur de charogne assez forte, et on est tombé sur un python mort d’environ 6 mètres. On voyait son squelette, avec des milliers de vers à l’intérieur, plein de mouches dessus, c’était assez impressionnant à voir. La veille nous marchions de nuit dans cette rivière, donc on s’est dit waouh, on est en vie… 

Python

On a remonté la rivière Latoma et on est arrivés à une intersection après de belles heures de galère. Ça glissait beaucoup, Evrard est tombé, je suis tombé aussi. Heureusement à chaque fois on arrivait à bien se rattraper, mais Evrard a quand même un gros hématome. 

Nous nous sommes arrêtés, mais nous n’avons pas déjeuné car nous n’avions pas assez de nourriture, les porteurs ont mangé un peu de riz, et nous avons mangé nos snacks. Nous sommes repartis pour l’ascension pour passer de l’autre côté du col. On a démarré l’ascension avec énormément de plantes piquantes. On a un très bon ouvreur qui taille avec sa machette, nous on suit mais on se prend quand même énormément de piques, et beaucoup de sangsues.

On a beaucoup grimpé et on est tombés sur une sorte de cavité avec des traces d’anoas. On s’est posé 15-20 minutes en attendant les retardataires. Sur la montée on est pris par une énorme pluie torrentielle, on a passé à peu près une demie-heure sous des bâches. On a même récolté de l’eau de pluie pour boire. 

D’ailleurs Evrard avait pris 13L d’eau en bas de la première rivière avant la montée, donc il s’est quand même trimballé les 13L d’eau pour le campement du soir, parce que nous n’étions pas sûrs d’arriver. Le plan initial était de passer de l’autre côté du col, mais comme nous n’étions pas sûrs d’y arriver nous avons campé sur le col.  

Les ouvreurs ont coupé quelques arbres pour se faire leur tente. Après on a commencé la nourriture lyophilisée, on était contents de changer du riz et des pâtes. Juste après on a eu la chance de croiser deux anoas, qui se sont rapprochés assez près du camp. On les a observé avec les lumières, on a vu leurs yeux. Ils sont restés près du campement car on a entendu des bruits de feuillage, ils étaient assez peu craintifs. 

Campement des porteurs

Il est 21h15 et on est déjà dans la tente. Demain on a une grosse journée, car c’était la dernière journée avec les porteurs. Ils doivent rentrer dans leurs familles et leurs familles leur avaient demandé de ne pas aller plus loin. C’était l’accord initial, donc demain on se débrouillera avec nos “petites” affaires!

Poursuivez votre lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − six =