Nous avons tremblé !


L’année 2020 est-elle juste bonne à jeter ? On pourrait – chez Naturevolution, comme dans bon nombre d’autres organisations – être tenté de le croire, de l’accuser de tous les maux et de l’affubler des pires quolibets tant les obstacles se sont accumulés tout au long de l’année passée.

Entre l’arrêt de nos missions écovolontaires qui nous a mis dans une situation financière pour le moins critique, l’impossibilité d’aller sur le terrain qui a été une sacrée épine dans le pied du développement et du suivi de nos projets à l’étranger, l’impossibilité – durant une bonne partie de l’année – de travailler ensemble qui a grandement compliqué la tâche du management, de l’efficacité et du maintien de la cohésion d’équipe, les décès de trois de nos pépiniéristes à Madagascar, l’exposition au Musée des Confluences que l’on espérait être un tremplin et qui d’abord a été repoussée puis finalement fermée à peine ouverte, et enfin pour couronner le tout, l’acharnement de la nouvelle ministre de l’environnement à Madagascar qui – trompée par quelques esprits malhonnêtes – a tout tenté pour nous faire tomber, et j’en passe, … je ne vous cache pas que nous avons tremblé et failli poser pied à terre. D’autres auraient sans doute abandonné.

Je n’ai personnellement jamais vécu une période aussi rude psychologiquement : de véritables montagnes russes, entre le désespoir et la colère d’être contraint d’abandonner un projet de vie sous la menace et la diffamation, et l’immense honneur et bonheur d’être retenu et ramené à bord par les communautés locales elles-mêmes, désireuses d’écrire avec nous les prochaines pages de leur histoire.

Alors, on pourrait bien vite l’oublier, tourner le dos à cette année 2020 et chercher plus de lumière en 2021, plus de sérénité, de simplicité, etc.

Mais, ce serait injuste car l’année passée a aussi eu ses bons côtés. D’abord parce qu’elle nous a montré que nous pouvions compter sur vous. Vous avez été plus de 350 à nous avoir soutenu cette année, multipliant par 5 le nombre de dons entre 2019 et 2020. Sans vous, nous ne serions sans doute plus là et pour cela, nous ne vous remercierons jamais assez.

Ensuite parce qu’elle a montré que l’on pouvait être fiers de nous, d’avoir su résister, nous adapter et mieux encore d’avoir su avancer et progresser dans un contexte qui ne nous donnait pourtant que peu de chances de survie.

Nous avons su être solidaires et garder toute l’équipe en place. Nous avons su repenser notre modèle économique, trouver de nouveaux partenaires et réussir deux campagnes de collecte de dons. Nous avons su améliorer notre communication et notamment refondre notre site web et la présentation de nos projets. Nous avons su bousculer nos habitudes pour télétravailler et maintenir les communications à distance avec les équipes de terrain à Madagascar et en Indonésie afin de porter toujours plus haut nos projets, des projets utiles pour des populations vivant dans des conditions bien pires que les nôtres. C’est vrai que ça aide à relativiser !

C’est ainsi qu’à Madagascar notamment, malgré un confinement prolongé de 6 mois qui a empêché nos chefs de projet de se rendre sur le terrain, nous avons pu pérenniser toutes nos activités et même recruter de nouveaux instituteurs, pépiniéristes et responsables locaux, mettre en place 2 nouvelles pépinières qui produiront dès 2021 près de 30 000 plants supplémentaires chacune, installer 1 nouveau rucher, terminer la restauration et l’équipement d’une école et d’un dispensaire. A l’occasion de la campagne d’urgence COVID (à laquelle vous avez été nombreux à contribuer), nous avons pu distribuer des produits de première nécessité à près de 4000 foyers et organiser des consultations médicales gratuites pour plus de 1000 patients. Au total, ce sont près de 100 000€ de fonds qui ont été envoyés à Madagascar tout au long de l’année.

En Indonésie, nous avons également pu poursuivre nos actions de collecte et de recyclage de déchets ainsi que le travail de suivi et de protection des récifs coralliens de Sulawesi, notamment grâce à un nouveau bateau. Et ceci n’est que la partie émergée de l’iceberg !

Alors, ne nous mentons pas, nous n’allons pas regarder l’année passée avec nostalgie. Mais nous n’allons pas lui tourner le dos non plus. Nous préférons nous appuyer dessus pour prendre en 2021 l’envol que nous avions prévu pour 2020.

Nous sommes prêts à lutter sans relâche contre la dégradation des espaces naturels et l’érosion de la biodiversité dans nos territoires d’intervention mais aussi pour soutenir leurs habitants. Les projets ne manquent pas et notre détermination reste inchangée !

Et je compte sur vous afin qu’ensemble, en 2021, nous semions les graines du changement. Je profite d’ailleurs de cette lettre pour vous inviter à vous mobiliser à nos côtés en devenant donateurs mensuels. Pourquoi ?

Parce qu’en ces temps économiquement troubles, la régularité des dons mensuels nous apporte une meilleure visibilité financière et nous permet entre autres de mieux répartir et prévoir nos dépenses et ainsi d’assurer un meilleur suivi des projets. Ils permettent également de consolider la trésorerie de l’association et de financer en partie les salaires de nos 60 collaborateurs en France, à Madagascar et en Indonésie, maillons indispensables à la réussite des projets. A l’inverse, les dons uniques sont très intéressants pour réaliser des projets ponctuels mais permettent plus difficilement d’engager des actions sur le long terme. 

De votre côté, votre don est prélevé chaque mois, à la date de votre choix. Vous êtes libre de modifier le montant de votre soutien ou de l’interrompre à tout moment. Enfin, les dons mensuels sont également défiscalisables à hauteur de 66%. Par exemple, un don de 30 € par mois revient à 10 € après déduction fiscale.

Comme la sagesse populaire le dit, ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Et notre belle planète a aujourd’hui plus que jamais besoin d’océans !

Je vous souhaite une belle et heureuse année.
Bien amicalement,

Evrard WENDENBAUM et toute l’équipe de Naturevolution

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + dix-sept =