L’expédition Makay Nature continue!

Après de longues heures de vols, les 8 passagers du vol n°053 d’Air Madagascar (scientifiques et staff Naturevolution que vous découvrirez très certainement dans les prochains jours) débarquent sur le sol malgache. Il est 5h, Tana s’éveille…

Bagages chargés dans le minibus plein à craquer, amoncellement de sacs, matériels, chair et os: direction l’hôtel.
Sur la route qui défile à tout allure (le chauffeur est en forme!), l’Ile Rouge nous accueille. Les timides pastels de l’aurore, prémisse d’une belle journée, contrastent avec les couleurs vives des architectures anarchiques périphériques. Les yeux grands ouverts malgré le manque de sommeil, l’équipe s’émerveille d’ocre et de volets verts, de joggeurs matinaux, de publicités naïves pour cette célèbre vache…qui rit. Quand à nous, on sourit, c’est un bon début!

Arrivés à l’hôtel, un petit déjeuner bien mérité sur la terrasse se prépare dans la bonne humeur collective, le soleil nous réchauffe. Petite sieste pour certains et visite de la ville par la suite. Aujourd’hui on prend nos marques.

L’équipe de la deuxième mission Makay Nature n’est pas encore au complet mais déjà on s’organise.

Le dîner terminé, les cartes du Makay déroulées sur la table exposent la vaste étendue des mystères qui nous attendent, cette fois-ci dans la partie sud du massif. Ce soir c’est briefing! Malgré la fatigue, nos scientifiques en ébullition s’interrogent, Evrard le chef d’expédition nous oriente, on suppose, et planifie… L’excitation se fait sentir au travers de silences religieux…on en rêve depuis trop longtemps. J-3 avant le départ de cette nouvelle aventure!

Après de longues heures de vols, les 8 passagers du vols n°053 Paris Charles de Gaulle-Antananarivo ( scientifiques et staff Naturevolution que vous découvrirez très certainement dans les prochains jours) … débarquent sur le sol malgache, il est 5h Tana s’éveille…

Bagages chargées dans le minibus, amoncellement de sacs, matériels, chair et os: direction l’hôtel.
Sur la route qui défile à tout allure ( le chauffeur est en forme!), l’Ile Rouge nous accueille. Les timides pastels de l’aurore, prémisse d’une belle journée, contrastent avec les couleurs vives des architectures anarchiques périphériques. Les yeux grands ouverts malgré le manque de sommeil, l’équipe s’émerveille d’ocre et de volets verts, de joggeurs matinaux,de publicités naïves pour cette célèbre vache…qui rit. Quand à nous, on sourit, c’est un bon début!

Arrivés à l’hôtel, un petit déjeuner bien mérité sur la terrasse se prépare dans la bonne humeur collective, le soleil nous réchauffe, petite sieste pour certains, et visite de la ville par la suite … aujourd’hui on prends nos marques.

L’équipe de la deuxième mission Makay Nature n’est pas encore au complet mais déjà on s’organise.
Le dîner terminé, les cartes du Makay déroulées sur la table exposent la vaste étendue des mystères qui nous attendent, cette fois-ci dans la partie sud du massif. Ce soir c’est briefing! Malgré la fatigue, nos scientifiques en ébullition s’interrogent, Evrard le chef d’expédition nous oriente, on suppose, et planifie… L’excitation se fait sentir au travers de silences religieux…on en rêve depuis trop longtemps. J-3 avant le départ de cette nouvelle aventure!

2 réflexions au sujet de « L’expédition Makay Nature continue! »

  1. Bonne mission à toute l’équipe, que la fièvre scientifique vous permette de trouver le rat sauteur géant et que le Makay puisse un jour devenir une aire protégée…

    Evrard, profites bien de cette nouvelle expé pour voir le Makay autrement qu’en décembre dernier, reposes toi bien si c’est possible (mais j’en doute). Au plaisir de te revoir vite et de grimper en ta compagnie ainsi que celle d’Emeric et Bérangère…

    See you soon

    • Merci Thomas pour tes encouragements,
      Nous allons faire le maximum pour que tes souhaits se concrétisent. L’équipe est très détendue ici, l’ambiance est excellente. C’est le grand départ demain matin. Quelques virages et nids de poule nous attendent… mais je crois que tu t’en souviens.
      Je suis certain d’en profiter autrement mais, comme toi, un peu moins de me reposer.

      Pour la grimpe au retour, ce sera avec grand plaisir.
      N’hésite pas à nous écrire régulièrement.
      Bye l’ami.