Tout est bien qui finit bien…

Pause à l'ombre, Makay, Madagascar

« Tout le monde debout!!! », la voix d’Evrard s’élève d’entre les arbres. Réveil à l’aube comme souvent, le rythme est pris, le soleil timide, comme nous, ouvre un oeil puis l’autre… Ce matin c’est le branle bas de combat…pas de laissés pour compte, tout le monde s’y met, aujourd’hui nous changeons de campement.
Chacun y trouve sa place, il s’agit en effet de rassembler les affaires, les trier, repartir le poids des matériels, vivres et autres. Nous emportons l’essentiel, le superflu restera avec Max. Nous partirons à pieds.
C’est un joyeux foutoir, un spectacle que j’imagine amusant vue de l’extérieur. Pas si drôle de le mener à bien en fait, on s’épuise déjà à se faire entendre. Nous engageons des villageois pour l’occasion, nous avons besoin d’eux, nous avons besoin d’aide, loin de savoir que l’entourloupe nous guette…
Alors que certains s’occupent tant bien que mal de distribuer les sacs, d’autres s’affèrent à frayer un chemin au travers de la forêt que nous aurons à franchir pour première étape.
La caravane s’élance, crapahutant dans la forêt.
La chaleur déjà se fait sentir, il est à peine 9h, la marche risque d’être rude, l’astre ne nous fait pas de cadeau.
Nous avons pris de la hauteur. Une petite pause s’il vous plait! Le paysage encore une fois est magnifique. L’horizon à perte de vue, le fleuve Mangoky en contre bas, les reliefs accidentés, les vastes espaces qui nous entourent, n’ont pas leurs pareils…on oublie tout, même la chaleur…l’esprit se sent libre.

Un petit coup d’eau et nous voilà reparti, la marche n’est pas si longue, mais sous la chaleur les corps s’épuisent. Quelques « cumulo-humilis » ( qu’il est bon d’être avec des scientifiques ) cléments nous accompagnent partiellement.
2 heures de marche éreintantes et nous atteignons l’endroit divin repéré hier ( Coordonnées GPS du camp : 21°34’07 » S 45°04’34 » E ). Dame Nature nous offre ses plus beaux attributs…

Un cuisinier lors de nos expéditions dans le Makay, Madagascar

La rivière Ambotorabatorano, bénie par nos pieds échauffés est un délice…Fraîche, claire. Un petit repos s’impose.
Mais très vite la situation tourne mal, les villageois disposés ce matin à faire un second aller retour pour charrier les derniers sacs exigent le double de leur salaire négocié auparavant. C’est invraisemblable. Pas de discussion possible, le « Vieux » est intransigeant. Les esprits s’échauffent, ils partent sans demander leur reste, nous laissant bouche bée. Nous ne voulions pas céder.
Gestion de crise! Nous avons encore du matériel et de la nourriture là bas, tout là bas… Nous décidons de repartir, Evrard, Bruno, Sylvain, Vladimir, Pierre Olivier , David 8 de notre équipe malgache permanente et moi même…Nous bombardons sous le soleil de plomb, il nous faut nous hâter, il nous faudra faire encore un aller retour avant la nuit.
Arrivés au camp, nous retrouvons Nicolas, Mohamed, Ny, Christopher, Emelyn, et…les villageois.
Fort heureusement, Ny en bon médiateur, parvint à les convaincre de continuer. Nous sommes soulagés, chacun y trouvera son compte après tout de même une belle frayeur! Mais hey! c’est aussi cela l’aventure Makay Nature.

Camp de base n° 2, expédition de janvier 2011, Makay, Madagascar

Petit détails quand même important, sur le chemin du retour, Max et les véhicules ont réussi à accéder non loin du camp de base… le départ en sera facilité!

Ce soir, les âmes ne se font pas prier pour aller se coucher…

Mais quand même, avant d’aller dormir, une petite carte de notre trajet :

6 réflexions au sujet de « Tout est bien qui finit bien… »

    • En ce moment, la journée la température varie entre 25°C et 35°C, bien entendu en plein soleil, la chaleur est presque insupportable. En décembre, nous avons mesuré plusieurs températures bien différentes de ce que l’on pouvait trouver en France au même moment :
      – l’eau de la rivière Makay le 15 décembre à proximité de Beroroha : 36°C
      – la température du sable à midi en décembre au camp de base : ~65°C
      – le maximum enregistré en décembre (à l’ombre à un mètre du sol en sous bois) : 38°C

      La pluie fait chuter rapidement la température, il peut même arriver qu’après une nuit bien arrosée, la température frôle les 20°C, ce qui semble « froid » pour ce lieu !

  1. les cercopides du docteur Adeline Soulier lui ont-ils chanté un air joyeux pour son anniversaire ? ;-)
    Nous continuons de suivre avec passion votre expédition.

    • Je ne sais pas ce que lui ont chanté les Cercopides mais nous lui avons en effet fêté son anniversaire. En guise de gâteau, des beignets ont été préparés. Un délice!

  2. Merci pour ces photos et ces commentaires qui nous permettent de faire nous aussi partie de votre expedition!bravo

  3. Je n’aurai qu’un mot pour qualifier le refus des porteurs et leur souhait de renégocier : « classique ». Disons que l’inverse aurait été surprenant ! Cela fait partie du contexte de ce genre de mission dans ces régions.
    Félicitations pour avoir su débloquer cette situation en douceur…