Qui s’y frotte, s’y pique!

Les gousses du pois mascate sont recouvertes de petits poils terriblement urticants. Madagascar, Makay.

Si par mégarde, il vous arrivait de vous frotter à cette plante d’apparence inoffensive, n’aggravez pas votre cas en vous grattant car vous ferez pénétrer de minuscules aiguilles de silice un peu plus loin dans la peau. Une rencontre avec la Mucuna Pruriens (ou, de son nom vernaculaire, pois mascate) vous en coûtera une bonne démangeaison! Les malgaches ont leur astuce pour contrer les effets indésirables des poils urticants de cette plante : ils allument un feu et profitent de la chaleur qui s’en dégage pour annihiler le prurit.

Cette plante grimpante, qui peut mesurer plus de 15 mètres de haut, donne des fleurs blanches ou pourpres et des gousses d’une dizaine de centimètres et recouvertes de poils bruns jaunâtres, pointus et urticants. Les membres des expéditions Makay ont eu la mésaventure de la trouver souvent sur leur chemin.

Mais le pois mascate n’est pas aussi nuisible qu’il y parait, cette plante possède des vertus qui se trouvent principalement dans les fameuses gousses aux poils irritants. Il est utilisé en médecine ayurvédique qui lui prête de nombreux bienfaits dont celui de traiter l’anémie, la dysenterie, l’aménorrhée, les vers intestinaux, et les morsures de serpents. Il est également utilisé pour ses effets anti-vieillissement. Il est une source de L-Dopa, un acide aminé utilisé dans la lutte contre la maladie de Parkinson et la dépression. Des vertus aphrodisiaques sont également prêtées au pois mascate, il soignerait les troubles de l’érection et stimulerait la libido. Enfin, sa gousse comestible est utilisée comme complément alimentaire.

il serait donc regrettable de le considérer comme un vulgaire « poil à gratter »…

3 réflexions au sujet de « Qui s’y frotte, s’y pique! »

  1. « Shitsangu » est le nom de cette plante en Shimaoré (Comorien de Mayotte) présente aussi dans les forêts sèches (même secondarisées) des Comores…

  2. Merci pour votre commentaire. Apparemment, cette plante ne laisse pas « indifférent » ceux qui s’en approche… Vous avez bien fait de donner le remède local pour calmer les terribles démangeaisons, cela servira surement à de futurs curieux ;)
    Marie

  3. Je viens de lire avec intérêt votre article sur cette plante urticante. Nous en avons fait l’expérience en septembre à madagascar en prenant une photo en touchant cette gousse. Démangeaisons importantes Nous avons effectivement trouvé un malgache pour nous donner le remède : à savoir : du sable mélangé à des braises chaudes.
    soulagement assuré
    Merci pour votre article intéressant
    Mme Derval