L’interview du jour : Andry Malalan’Ny Rakotondrazafy

Portrait de Ny

1. Quelle est ta profession?
Je suis biologiste herpétologiste au département de biologie animale de la faculté des Sciences d’Antananarivo. Je suis également membre du CSG (Crocodile Specialist Group).

2. Comment t’es tu intéressé à ce domaine?
Depuis que je suis tout petit, j’ai toujours joué avec les caméléons et les serpents. C’est ce qui m’a motivé à me spécialiser sur les reptiles. Mon grand-père faisait partie des premiers chasseurs de crocodiles de Madagascar. Je me suis donc par la suite orienté vers l’étude des crocodiles.

3. Quelle est ton espèce préférée?
Un serpent, le cobra parce que c’est une espèce qui effraie l’homme par sa dangerosité. Je peux dire que je m’intéresse à toutes les espèces dangereuses : scorpions, scolopendres, serpents, crocodiles, etc.

4. Qu’as tu étudié dans le Makay?
J’ai assisté l’équipe d’herpétologie pour la recherche des reptiles et amphibiens, la préparation des spécimens ainsi que l’étude des habitats et écosystèmes. J’ai également mené une enquête socio-économique sur les crocodiles et le conflit qu’ils représentent auprès de l’homme. Enfin, j’ai commencé un inventaire des crocodiles aperçus que j’espère pouvoir continuer dans les prochains mois.

5. Quels sont tes objectifs?
Mon objectif prioritaire est une étude et gestion nationale des crocodiles en mettant en place un plan d’actions sur les zones de Madagascar concernées et le Makay en fait partie.

6. As tu une autre passion?
La chasse, même si je suis biologiste conservateur. Je chasse seulement les espèces autorisées qui sont pour la plupart des espèces nuisibles qui doivent être régulées. J’ai un très grand respect pour la nature et le fait d’être biologiste et chasseur m’aide beaucoup dans sa compréhension.

7. Une blague de scientifique?
C’est un dresseur de crocodiles qui fait une démonstration avec un spécimen de 5 mètres.
Il commence par mettre sa main dans la gueule du crocodile. Le public applaudie. Puis, avec l’autre main, il lui tape sur la tête. Il met ensuite son pied dans la gueule du crocodile et lui tape sur la tête à nouveau. Le reptile ne bouge pas. Enfin, il finit par plonger sa tête dans sa gueule et taper encore sur l’animal. Il va dans le public et demande un volontaire. Un homme se lève et dit :
« je veux bien mais je veux juste que vous ne me tapiez pas sur la tête. »

Serpent

Une réflexion au sujet de « L’interview du jour : Andry Malalan’Ny Rakotondrazafy »

  1. Bonjour !

    C’est juste Lalaina RABENIVARY. Ton père n’a dit de discuter avec toi .Ahhh! Maintenant, j’ai compris pourquoi t’as tuer le crocodile. Bon, je serai disponible pour discuter au cas où tu passerai à Madagascar. Mon numéro de téléphone c’est le : +261348173689.Mon adresse : aurelierabenivary@gmail.com@gmail.com

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − 17 =