Les voleurs de zébus

Villageois de Ankerika, nord du Makay

Les Dahalo, littéralement « voleurs de bœufs », sont des bandits qui sèment la terreur dans tout Madagascar. Acteurs d’une véritable économie parallèle et illégale, les dahalo parcourent l’île à la tête de troupeaux de centaines de bêtes. Ils sont le plus souvent invisibles et se déplacent la nuit. Le massif du Makay est par son relief, considéré comme le refuge idéal et privilégié des dahalo du sud-ouest de Madagascar. On leur attribue souvent les maux des villages Bara et Sakalava environnants et la majeure partie de la déforestation de cette région car non content de voler et piller les villages, ils auraient aussi une fâcheuse tendance à la pyromanie.

Auparavant, le phénomène « dahalo » n’était que de simples vols de bœufs que les jeunes hommes de certaines régions, du Sud notamment, doivent réussir au moins une fois, selon la coutume, pour se faire accepter comme des personnes adultes par la société, en particulier par sa future belle-famille. Mais aujourd’hui, il s’est transformé en de véritables razzias meurtrières. Les « dahalo » ne se limitent plus au vol de bœufs, mais raflent tout ce qu’ils peuvent amener. Ils attaquent les villages, commettent des exactions sur leurs populations, tuent et brûlent les maisons. Ils n’attendent plus non plus que le soleil se couche pour passer à l’action. Aujourd’hui, ces brigands œuvrent également de jour et pratiquent les enlèvements d’éleveurs dans l’espoir d’obtenir une rançon. Il leur arrive également de dévaliser des bus entiers de touristes. Si auparavant, les dahalo étaient simplement armés de lances et agissaient en tous petits groupes voire seuls, ils sont aujourd’hui organisés en bande criminelle et armés de fusils (souvent prêtés par la police elle-même). Bref l’histoire des vols de bovidés a pris un tournant dangereux…

> Pour en savoir plus, retrouvez un article complet

Une réflexion au sujet de « Les voleurs de zébus »

  1. Bravo pour l’article.
    Cette photo est une invitation à la découverte de la région. Les villageois sont de bonne compagnie.
    Soava dia (bon voyage)