Un petit poisson nommé pachypanchax

Tyrolienne sur palmiers

Lundi 18 janvier 2010

Aujourd’hui comme hier, les équipes sont parties dans toutes les directions.

Les archéologues sont partis rejoindre les rives de la Makay pour étudier une grotte ornée. Ils sont revenus enchantés mais épuisés car Pierre qui connait moins bien la région que son frère Gaston les a perdus. Il sont donc marché beaucoup plus que nécessaire et sont revenus tard dans la nuit.

Les botanistes ont continué leur moisson dans la forêt sèche. Les zoologistes aussi mais avec moins de succès.

Un autre groupe est retourné en direction du canyon végétal pour terminer son équipement et l’étudier de près. J’y suis arrivé quant à moi le premier avec Julien par la voie des airs. L’occasion d’un survol magnifique et d’une dépose parfaite sur un dôme rocheux. Nous avons rejoint la tyrolienne en une petite demi-heure de marche et pu observer de près un groupe de propithèques de Verreaux en attendant les autres.

Une fois sur place Tanguy, Jean-Michel, Amadou et Jean ont parcouru le fond du canyon et tout à coup contre toute attente Jean a recueilli au fond de son épuisette un petit poisson qui n’était autre que le fameux et si convoité pachypanchax. Ce fut la plus grande découverte de la journée et un des plus importants résultats pour l’ensemble de l’expédition. Tanguy et Jean étaient très heureux. Il faut dire qu’ils avaient tellement donné sans relâche tout au long de l’expédition, que trouver ce petit poisson le dernier jour était un magnifique cadeau pour eux. Le fait qu’ils aient trouvé le pachypanchax à cet endroit là permet (de la même manière que pour les Hapalémurs du lac) d’étendre la zone de répartition nettement plus au sud que la zone actuellement connue.

De leur côté, les grimpeurs ont terminé d’équiper le canyon pour accueillir les scientifiques mais personne n’est venu. Grisé par leur découverte, ils ont préféré rentrer au camp au plus vite pour pouvoir photographier vivant le petit poisson dans l’espèce d’aquarium conçu à cet effet par Tanguy. C’est finalement Evrard qui s’est jeté à l’eau de la tyrolienne et a terminé sa course à pleine vitesse dans d’immenses feuilles de palmiers. Encore quelques belles images en perspective. Puis le tout a été démonté rapidement pour un retour au camp comme d’habitude nocturne.

Le retour vers Beronono est prévu pour demain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 17 =