En route pour le Makay

«Allo, Pierre ?…
– Oui ?…
– C’est Evrard !… Dis moi, tu fais quoi cet hiver ?…
– Bien chargé, comme d’hab. Pourquoi ?
– On est en train de monter une 3ème expé sur Makay. Cette fois, ça y est, le projet va prendre l’élan que j’espérais depuis longtemps. Avec Gédéon Programmes et Canal+, on va faire un film en 3D, en plein massif ! Ce sera certainement le premier documentaire d’aventure avec cette technique sur le terrain !! On va essayer d’emmener une cinquantaine de scientifiques, biologistes, naturalistes, archéologues, anthropologues, ornithologues… une cinquantaine de chercheurs français et malgaches pour dresser un inventaire le plus complet possible, selon le temps qu’on aura de disponible. Quand je me suis lancé dans cette histoire, je t’avoue que je l’espérais sans trop oser y croire… Avec cette grosse étape, on va peut-être finir par y arriver ! Tu te rends compte ? C’est génial !»

Ça faisait déjà des mois qu’Evrard travaillait sur cette 3ème expédition dans le massif du Makay. La pression et les courtes échéances lui avaient déjà fait passé son lot de nuits sans vraiment dormir, mais son excitation faisait vraiment plaisir à entendre. Je savais combien ce projet Makay Nature, son projet, était important pour lui. Il habitait son quotidien depuis plus de 4 ans.

L’idée de départ ? Evrard découvrait un jour quelques images aériennes de ce fameux Massif du Makay, sur l’autre hémisphère, presque au beau milieu de la bien nommée «Terre Rouge» : Madagascar !
Magnifique de puissance, époustouflant de beauté, un relief sans aucune trace humaine trompait le regard. Sans référence connue, il était très difficile de deviner si ce qu’on voyait à l’image était la vue d’un organisme végétal pris en gros plan ou véritablement une région constituée de canyons, failles et fissures, taillés par un système hydrique récurant. En y regardant de plus près, le minéral semblait contenir des poches végétales, de véritables écosystèmes oubliés par le temps. Par endroits, sombres et mystérieuses, quelques retenues d’eau plus larges venaient ponctuer quelques veines encore irriguées. Ce petit coin de planète semblait oublié des hommes. «Dame Nature» y révélait ses atouts naturels les plus sincères…
Mais quand on regarde de plus haut l’évolution de ce petit paradis sur les dernières décennies, ce n’est pas la peine d’être chercheur pour constater que l’Homme est la principale cause de sa disparition prochaine. Aujourd’hui, la forêt n’occupe qu’un peu plus de 5% du massif et chaque année, une partie de cette richesse endémique insoupçonnée part en fumées (…)
Evrard décidait de tout faire pour préserver ces quelques biotopes encore méconnus (voire inconnus), et s’est lancé l’incroyable défi de faire protéger ce véritable laboratoire naturel, d’obtenir le statut d’aire protégée pour ce petit trésor planétaire en commençant par en dresser un inventaire le plus riche possible dans le temps qu’il reste. Le projet Makay Nature est né.

«Pierre ?… Tu es toujours là ?… Ça t’intéresse ?
– Mes deux prochaines années sont déjà bien remplies, mais pour Makay… 100% ok !!!»

Une réflexion au sujet de « En route pour le Makay »

  1. « Pierre ?…Tu es toujours là ?…Ca t’intéresse ? »
    – Bien sur que ça m’intéresse ! J’finis mon BTS Gestion des Espaces Naturels et je te rejoins. On poursuit l’exploration du Makay, un peu d’escalade, un soupçon de spéléo, quelques prélèvements (scientifiques bien entendu) d’espèces inconnues, puis, on boucle le projet d’aire protégée. A l’année prochaine !!!