Après la pluie, tout est trempé !

Mercredi 3 février

ALG_8209

La suite des aventures d’Evrard et Grégo dans le Makay. Impossible de savoir si vous êtes nombreux à lire ces récits d’exploration,n’hésitez pas à laisser des commentaires en bas de chacun de ces articles.

Levé vers 6 heures du matin, aux premiers rayons de soleil, nos deux amis ont étalé toutes leurs affaires trempées autour de la tente, l’endroit de nature s’est vite transformé en vrai chantier ! Avec la pluie de la veille et les rayons puissants du soleil, il a fait très vite lourd et hyper chaud (étouffant car très humide). Presque 5 heures auront été nécessaires pour attendre le séchage complet et ranger toutes les affaires dans les sacs. Il est 11 heures, ils partent en direction du sud sud-est pour rejoindre un plateau et enfin trouver la rivière Menapanda (même nom que celle qui coule du côté de Tsivoky mais celle-ci va vers le nord).

Cette fois ils sont bien rentrés dans le Makay, des affleurements de rochers apparaissent et plus ils avancent vers le sud plus les canyons deviennent profonds. Le parcours n’est pas de tout repos, de vraies montagnes russes, et le tout en plein soleil !!! Certaines traversées de lavakas sont très difficiles mais ces zones sont absolument magnifiques. Il y a des mini cheminées de fées, de gros galets (diamètre d’au moins 20 cm) surplombent des colonnes de plusieurs dizaines de centimètres de conglomérats sableux.

Petites cheminées de fées - Photo Francis Duranthon

Petites cheminées de fées - Photo Francis Duranthon

Evrard a un problème de portage et à chaque descente souffre du dos à tel point qu’il a l’impression qu’il va se disloquer ! Relief compliquant la progression, fatigue à tel point que les pauses se font fréquentes, encore une journée, où à vol d’oiseau, la distance parcourue aura été maigre… Ils sont dans le vif du sujet, bienvenus dans le Makay !

Après avoir trouvé une mini falaise à désescalader pour descendre du plateau, ils ont fini par trouver un micro plateau au bord d’une petite rivière qui se jette dans les entrailles de la terre, l’endroit est magnifique, il y a des arches et des formes ressemblant aux moulins que l’on trouve sur les glaciers. Cette fois, ils placent la tente un peu en hauteur, mais vu le ciel limpide, comme lavé par la dépression de la veille, ils ne sont pas inquiets et la pluie ne paraît être qu’un mauvais souvenir.

Le top : ciel dégagé avec des millions d’étoiles, chants de grillons, petits bruits de microcèbes, bon plat de pâtes, bonne nuit…

Afficher le tracé de l’exploration de la partie nord du Makay sur une carte plus grande (lien obsolète)

Récit retranscrit depuis le message « téléphone satellite » laissé par Evrard le mercredi 3 février vers 19h00

2 réflexions au sujet de « Après la pluie, tout est trempé ! »

  1. Me décide à vous laisser un message. Votre expédition est trop impressionnante. Surtout après tout ce que vous avez fait au mois de janvier. Mais pourquoi à cette période de l’année, puisque vous deviez savoir que c’était la période des cyclones.. Mais peut-être, est-ce intentionnel.

    Bon vent pour la prochaine expédition en novembre…

    Guy Auriaux, un retraité qui aurait bien voulu voir tout cela quand il était jeune… Mais vos photos sont de toute beauté!..

    • Bonjour Guy,
      Merci pour votre message, nous sommes heureux de savoir que nos images et aventures vous permettent de voyager et de vivre de bons moments.
      Pour répondre à votre question, nous voulions initialement partir en novembre parce que c’est le début de la saison des pluies et le mois le plus chaud. Évidemment, ce n’est pas le mois le plus agréable, ni le plus adapté pour accéder au Makay mais à cette période, c’est la floraison et les botanistes ont besoin d’une fleur ou d’un fruit pour pouvoir identifier une plante. Et qui dit fleurs, dit insectes, donc oiseaux…. C’est donc une période d’effervescence biologique particulièrement propice aux études naturalistes qui démarre avec la saison des pluies. Finalement, pour des raisons administratives, nous avons dû lors de la précédente expédition décaler notre départ à janvier ce qui finalement fût une bonne chose car la saison des pluies a eu quelques semaines de retard.
      Cette année, nous y serons bien mi-novembre en espérant que la pluie tombe et qu’il fasse le plus chaud possible. Si si!!
      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + dix-neuf =