Développement de l’apiculture

Naturevolution lance en 2018 un projet d’apiculture dans les villages situés sur le pourtour du Makay. Cela faisait plusieurs années que nous envisagions le développement d’une filière apicole dans la région afin d’apporter un complément de revenus aux populations locales tout en valorisant leur environnement naturel. Une phase pilote de 18 mois, initiée grâce au soutien de l’Agence des Micro-Projets, fournira les éléments nécessaire au lancement d’un programme de plus grande ampleur.

Nous sommes en pleine recherche de financement pour ce projet.
Aidez-nous à le menez à bien en contribuant à notre campagne de crowdfunding.
Merci !

Le massif du Makay

Le massif du Makay, un gigantesque labyrinthe de canyons isolé au sud-ouest de Madagascar, est une œuvre monumentale de la nature. Présentant des écosystèmes uniques au monde et de nombreuses espèces endémiques, c’est un véritable coffre-fort de biodiversité. Exploré très récemment, il a été, en 2017, officiellement classé Nouvelle Aire Protégée et inscrit au patrimoine culturel de Madagascar pour ses nombreux sites archéologiques.

Les menaces qui pèsent sur la biodiversité du Makay sont étroitement liées aux activités des populations riveraines (élevage de zébu intensif, brulis, braconnage, etc.). Par ailleurs, dans cette zone très enclavée de Madagascar, les ressources locales sont très limitées et les périodes de soudure rendent les populations vulnérables. L’accès à l’éducation est quasi-inexistant.

La foret de Menapanda, massif du Makay

La forêt de Menampanda est la plus vaste du Makay. Massif du Makay, Madagascar

Le miel à Madagascar et dans le Makay

Madagascar exportait dans le passé de grandes quantités d’un miel de qualité, les conditions naturelles du pays étant extrêmement favorables à l’apiculture. Actuellement la production de miel malgache n’est pas satisfaisante pour le marché national. Les produits de cueillette sont souvent de qualité médiocre, sales ou additionnés d’eau, et ils sont destinés à des consommateurs peu exigeants, tandis que par ailleurs les collecteurs, les commerçants et les restaurateurs sont à la recherche de miels de qualité. Traditionnellement, dans tout le pays, le miel est utilisé en remplacement du sucre, en thérapie et en cosmétologie.

Dans le massif du Makay, le miel de forêt est polyfloral. Aux abords des villages, il est dominé par des essences de fruits et principalement d’agrumes. La bonne qualité de l’eau et la multitude des réservoirs naturels facilitent le travail des abeilles et améliorent la qualité du miel. Pourtant il y a peu d’apiculteurs traditionnels autour du massif et leurs pratiques sont néfastes pour la biodiversité car leur connaissance des abeilles est rudimentaire.

Il existe également des apicueilleurs qui vont prendre le miel dans les cavités des arbres ou de la roche. Cette technique est destructrice car elle met en péril la survie de la colonie entière, la privant de la totalité de ses réserves et, parfois, tuant accidentellement la reine. Il arrive également que l’apicueilleur abatte l’arbre supportant la colonie.

> Lire l’article complet : L’apiculture à Madagascar.

Ruche-naturelle-Madagascar

Une ruche naturelle dans le tronc d’un arbre. Courantes dans les forêts du Makay, les api-cueilleurs locaux malheureusement abattent souvent l’arbre et détruisent l’essaim lors de la récolte du miel.

Pourquoi développer l’apiculture dans le Makay

La commercialisation du miel vers les centres urbains, voire à long terme son exportation, pourra apporter une source pérenne d’activités et de revenus complémentaires pour les populations locales. Il est aussi étroitement lié à la préservation des forêts du massif et à leur valorisation auprès des villageois (cf. L’apiculture à Madagascar).

Naturevolution souhaite développer une activité apicole
moderne et durable
dans les villages du pourtour du Makay.

Parallèlement, la perception du gestionnaire de l’Aire Protégée – Naturevolution Madagascar – s’en trouve améliorée, la sensibilisation effectuée visant à faire évoluer les pratiques sur le brulis, l’élevage et le braconnage, ainsi que le zonage de l’Aire Protégée, étant équilibrée par des actions directement bénéficiaires aux populations locales (apiculture, écotourisme, éducation).

Objectif 1 : Améliorer les revenus des familles

Les paysans riverains du massif du Makay sont toujours à la recherche de revenus alternatifs qui leur permettraient d’acheter des produits de première nécessité pour faire le lien vital et alimentaire lors de la soudure entre deux récoltes. Pour trouver ce palliatif, ils braconnent et piègent les lémuriens dans le massif, ils coupent des arbres de bois précieux ou plus simplement ils se révoltent de l’injustice de leur statut et pratiquent la pyromanie, provoquant ainsi des feux de brousse aux conséquences catastrophiques pour leur environnement.

Feu de brousse dans le massif du Makay

Le lancement d’un projet pilote d’apiculture dans la région du Makay part du constat simple de l’importance culturelle et traditionnelle du miel, d’un savoir-faire empirique de cueilleurs d’essaims et de chasseurs de miel, du potentiel apicole du Makay, mais aussi de la réussite de l’exploitation de petits ruchers familiaux malgré des moyens archaïques et peu efficace. Le projet s’appuie également sur un échange culturel interrégional (Est/Ouest) avec les régions qui ont déjà su développer l’apiculture moderne

L’apiculture participe à fournir une nouvelle source de revenus, voir même une alternative pour des agriculteurs pratiquant la culture du riz et l’élevage de zébu.

Objectif 2 : La préservation de l’environnement.

L’apiculture est une activité économique qui véhicule l’idée de la préservation des ressources naturelles car elle en dépend directement.

Le projet vise à sensibiliser les communautés locales à une prise de conscience de la nécessité de préserver la forêt et, entre autre, de veiller à ce que les arbres vivants ne soient plus abattus lors de la cueillette du miel, et que les essaims ne soient pas détruits, comme c’est le cas dans l’api-cueillette telle qu’elle est actuellement pratiquée. La vente de miel est une activité économique dominante chez les ménages api-cueilleurs et justifie donc un intérêt fort de leur part pour cette activité. La dégradation de la forêt, source principale de la production de miel, est préjudiciable pour leur avenir ; la durabilité de l’apiculture pratiquée en tant qu’activité génératrice de revenu est donc essentielle à leur mieux-vivre.

Formation d’apiculteurs aux méthodes traditionnelles à l’apiculture moderne.

Le développement de l’apiculture est dépendant des ressources naturelles. Il semble donc d’après les différentes analyses régionales qui ont été réalisées être un moyen efficace pour sensibiliser les populations locales à la préservation de l’environnement. Toutefois, il est nécessaire que les apiculteurs puissent arriver à atteindre un marché de taille suffisante pour écouler les produits, ce que l’enclavement du Makay a jusqu’ici freiné. Dans le sud-ouest (région d’implantation du projet), le miel est très demandé et le contexte propice au développement d’un tel projet, principalement grâce à la maîtrise par Naturevolution Madagascar de la logistique compliquée inhérente au Makay

Une phase pilote de 18 mois

La première étape du développement de l’apiculture dans le Makay consiste à mener un premier projet sur une phase pilote de 18 mois. Il va s’adresser à une quinzaine d’apprentis apiculteurs intéressés au sein de 4 à 6 villages. Ils seront formés et accompagnés par un formateur sur toute la durée du projet. Des artisans seront également formés afin d’identifier 2 menuisiers qui prendront en charge la fabrication des ruches. Une partie de la production du miel sera destinée à la consommation locale, tandis que sa commercialisation en dehors du Makay permettra d’impliquer une dizaine d’hôtels qui seront l’amorce d’un premier réseau de vente.

Ce projet pilote permettra de :

  • Valider des technologies (ruches, extraction, etc.) adaptées au contexte local.
  • Concevoir et tester des méthodes de sensibilisation, de sélection des apiculteurs, de formation, d’accompagnement.
  • Former des artisans et tester leur capacité de fabrication des ruches.
  • Construire un réseau de vente et une image pour le miel du Makay.
  • Collecter des données quantitatives et qualitatives afin de permettre une analyse et des projections à long terme.
  • Identifier des apiculteurs référents sur lesquels s’appuyer dans une phase de diffusion

Grâce aux résultats de ces actions, il sera possible d’élaborer un plan ambitieux et raisonné de développement de l’apiculture dans le massif du Makay, permettant d’avoir un impact fort et ciblé.

Village d'Ankerika, Nord Makay

Village d’Ankerika, Nord Makay

Le planning du projet

Le projet pilote est prévu de janvier 2018 à septembre 2019. Cette période laisse suffisamment de temps pour former les apiculteurs et permettre aux essaims de se développer. Une première petite miellée aura lieu en août 2018, et la première pleine miellée en mars 2019. L’ensemble des résultats sera collecté d’ici septembre 2019, permettant une analyse et de décider de la suite à donner à ce projet.

Des apiculteurs malgaches vérifient leurs ruches.

Le budget du projet

L’intégralité du budget de ce projet pilote se situe autour de 40.000 €.

Ce projet d'apiculture est soutenu par l'Agence des Micro-Projets de La GuildeGrâce à la rigueur méthodologique du montage du projet, un premier financement à hauteur de 15.000€ permettant de lancer le projet a été obtenu auprès de l’Agence des Micro Projets, une initiative de solidarité internationale dépendant de La Guilde et financée par l’AFD. Ce projet a également reçu le soutien de la fondation Insolites Bâtisseurs – Philippe Roméro, de la société de conciergerie d’entreprise bien être à la carte, et de nombreux donateurs individuels qui l’ont soutenu sur notre campagne de crowdfunding.

Néanmoins, il nous reste à trouver un complément de financement pour mener à bien l’intégralité de cette phrase pilote.
Le budget se répartit sur les postes suivants :

  • Kits apiculteurs et démarrage des activités – 11%
  • Formation et accompagnement des apiculteurs sur la durée du projet – 22%
  • Travail d’évaluation, d’enquêtes de terrain et de mesures d’impact – 5%
  • Extraction et conditionnement du miel – 18%
  • Promotion et vente du miel – 6%
  • Conception et Coordination du projet Madagascar et France – 31%
  • Frais administratifs et achats matériels annexes autant à Madagascar qu’en France- 7%

Recherche de financement

Nous sommes actuellement en recherche active de financements complémentaires afin de pouvoir garantir le succès du projet : faites un don au projet sur notre campagne de crowdfunding ou, si vous êtes une entreprise, contactez-nous pour soutenir le projet ou recevoir de la documentation plus détaillée.

Acompagnez-nous sur ce beau projet et soutenez
notre campagne de financement participatif avec un don.