Biodiversité

Carte de Sulawesi

L’île de Sulawesi représente la plus grande surface terrestre de la Wallacea, avec 175 000 km2 sur un total 340 000 km2. Elle abrite un fabuleux patrimoine naturel, à travers une mosaïque d’habitats – récifs coralliens, mangroves, massifs karstiques, forêts primaires – parmi lequel 98% des mammifères, 1/3 des oiseaux et près de 80% des amphibiens sont endémiques, c’est à dire qu’on ne les trouve nulle part ailleurs.

Les karsts, des arches de biodiversité

Les karsts constituent des biotopes abritant de véritables arches de biodiversité, au regard de la spécificité de leur flore et de leur faune, et de la multitude, de la fragmentation, et de l’isolement des habitats au sein d’ensembles géologiques proposant des exigences écologiques drastiquement différentes. Ainsi certains groupes à faible capacité de dispersion ont subit des radiations évolutives hyperdiversifiées et spécifiques aux milieux karstiques.

Malheureusement, les karsts sont menacés par l’homme. Autrefois protégés par les forêts et leur difficulté d’accès, la déforestation et la demande en ressources naturelles rendent leur exploitation très fréquente par les cimenteries, particulièrement en Asie du Sud-est qui présente le taux d’exploitation en carrière le plus fort du monde.

L’île de Sulawesi présente une faune remarquable dont le Calao à Cimier (Aceros cassidix, en haut à gauche), le Maleo (Macrocephalon maleo, centre-haut gauche), le Babiroussa (Babyrousa babyrussa, en bas à droite) et le Tarsier Spectre (Tarsius tarsier, centre-bas gauche). Ces espèces sont endémiques du Sulawesi et/ou des îles voisines et figurent dans la liste rouge mondiale des espèces menacées de l’UICN. A droite on retrouve un poisson d’eau douce, une chauve-souris, des collemboles, une nepenthes, une sauterelle et des gastéropodes hydrobies.

Sulawesi, le cœur du triangle de corail

Le triangle de corail est considéré comme l’épicentre de la biodiversité marine de la planète. Avec ces 6 millions de km2, il possède plus de biodiversité que partout ailleurs dans le monde : 76% des espèces de coraux, 35% des poissons de récifs coralliens, et 6 des 7 espèces de tortues marines répertoriées dans le monde.

L’île de Sulawesi se trouve en plein cœur de ce triangle de corail, également menacé. Les experts s’accordent en effet pour dire que 40% des récifs coralliens à travers le monde ont disparu dans les 30 dernières années à cause du changement climatique et des activités anthropiques.


Les mangroves, une biodiversité impressionnante

L’Indonésie possède la plus large étendue de mangroves au monde. En plus d’héberger une biodiversité foisonnante, celles-ci assurent des services écosystémiques irremplaçables. Elles limitent notamment l’érosion côtière et protègent les côtes et les populations en servant de zone tampon face aux cyclones et aux tsunamis. Par ailleurs, elles séquestrent une quantité impressionante de carbone que les scientifiques commencent tout juste à mesurer. Mais leur surface s’est réduite de 30 % au cours des trois dernières décennies et continue de régresser au rythme de 1 à 2 % par an, principalement en raison de l’extension des fermes d’élevage de crevettes et des projets d’infrastructures côtières.

Des habitats naturels en recul

Globalement, il ne resterait que 15% des habitats naturels sur l’ensemble de la Wallacea. En terme de biodiversité, plus de 10% des mammifères, oiseaux et amphibiens figurent dans la liste rouge mondiale des espèces menacées de l’UICN. Néanmoins, si l’on compare Sulawesi avec les îles de Sumatra et de Borneo, la déforestation et l’expansion des plantations n’y atteint pas les mêmes proportions, et des poches de forêts intactes sont encore présentes, offrant la perspective de créer de grandes aires protégées riches en cette biodiversité si spécifique de la Wallacea, notamment dans le Konawe où Naturevolution mène des actions de conservation.

Répartition des forêts intactes sur l'île de Sulawesi

Les forêts intactes (en vert foncé) de l’île de Sulawesi, c’est à dire des étendues de forêts non altérées récemment par l’homme et suffisamment vastes et non-fragmentées pour fournir un habitat à l’ensemble de sa biodiversité d’origine, y compris les espèces nécessitant de grands territoires. Carte © Global Forest Watch

Pour en savoir plus

_
English translation made possible thanks to the PerMondo project: Free translation of website and documents for non-profit organisations. A project managed by Mondo Agit. Translator: Cressida McDermott