Le Konawe

Les karsts du Konawe recouvrent un ensemble géologique d’environ 5 000 km2 au sud-est de l’île de Sulawesi, en Indonésie. Ils comprennent le massif de Matarombeo, une forteresse minérale recouverte de végétation et complètement inexplorée, et, située dans son prolongement, la baie de Matarape, riche en îlots rocheux et récifs coralliens, et peuplée de petits villages de pêcheurs.

Expedition scientifique sur l'île de Sulawesi en Indonésie

Massif inexploré et difficile d’accès, terrain instable, animaux endémiques : le massif de Matarombeo sur l’île de Sulawesi est l’archétype du Monde Perdu par excellence.

Le massif de Matarombeo

Le massif karstique de Matarombeo s’étend sur environ 1 200 km2, soit approximativement la taille de l’île de la Martinique, avec son sommet éponyme qui culmine à environ 1500 mètres d’altitude. Il est encadré au nord et au sud par deux rivières principales qui s’écoulent d’ouest en est sur toute la longueur du massif. Ces voies fluviales offrent la possibilité d’entrer sur le massif dans toute sa longueur et de réaliser des transects naturels.

Complètement inexploré, le massif de Matarombeo fait partie des rares karsts d’Asie du Sud-Est à subsister comme une « île dans l’île » de Sulawesi, un îlot inviolé au cœur de la forêt – ou, plus récemment, un dernier bastion face aux plantations d’huile de palme et aux cimenteries.

Les massifs karstiques étant connus pour être les zones les plus riches de la planète en terme de biodiversité, l’absence quasi-totale de connaissances sur le Matarombeo et les rivières alentours garantit un potentiel de découvertes immense en terme de réseaux souterrains et d’espèces nouvelles pour la science.

Les karsts du Konawe au sein des îles de l'archipel Indonésien

Les karsts du Konawe au sein des îles de l’archipel Indonésien

Reconnaissances et premières expéditions

Suite à une reconnaissance du massif en 2012, Evrard Wendenbaum et Naturevolution y ont mené une première expédition pilote en 2014. Avec une équipe de 5 chercheurs, ils ont remonté les rivières qui bordent le massif, effectué plusieurs observations de la biodiversité locale, ainsi que des relevés GPS des sites archéologiques. Ces premiers travaux et les images tournées pendant l’expédition servent de base au montage d’une expédition de plus grande ampleur prévue fin 2018.

Exploration spéléo dans le massif de Matarombeo. Ile de Sulawesi, Indonésie.

Exploration spéléo dans le massif de Matarombeo lors du repérage de 2014. Photo Phil Bence / Naturevolution.

La baie de Matarape

L’ensemble karstique du Konawe s’enfonce dans la mer à l’est au niveau de la baie de Matarape. Constituée d’une multitude de criques et d’îlots rocheux qui rappellent bien des sites touristiques d’Asie du Sud-Est, la beauté de la zone et la richesse des fonds sous-marins lui ont valu le surnom de « petite Raja Ampat », augurant d’un futur développement touristique.

Si les îles et le littoral sont constellés d’une multitude de petits villages qui vivent principalement de la pêche artisanale, la région n’est pas épargnée par la pollution aux déchets, notamment plastiques, et l’exploitation effrenée des ressources naturelles, comme le nickel.

La baie de Matarape en Indonésie

La baie de Matarape, une autre forme de « paradis perdu », où le développement touristique n’est qu’une question de temps. Sera-t-il un outil pour sa préservation, ou le fléau entrainant sa destruction ?

Notre stratégie de conservation

Retrouvez sur la plateforme Helloasso, le détail de nos premières activités de conservation et notre stratégie à long terme pour la préservation des karsts du Konawe : Préserver les karsts du Konawe – Helloasso.