Contexte

Carte de Sulawesi

 
 

La Wallacea, hotspot de biodiversité

Il existe une zone de transition entre les régions biogéographiques du Sud-est asiatique et de la Nouvelle-Guinée. Une zone appelée Wallacea en hommage au professeur A.-R. Wallace qui étudia cette région et qui, amené aux mêmes conclusions que Charles Darwin sur les processus qui guident l’histoire évolutive des espèces, lui adressa un courrier en 1858 poussant ce dernier à précipiter la publication de sa magistrale théorie. Les frontières de cette transition sont situées globalement de part et d’autre de l’île de Sulawesi, île où les conditions et évènements géologiques ont favorisé une importante diversification de la flore et de la faune, et généré un exceptionnel taux d’endémisme.


Iguane_Matarombeo

Sulawesi abrite un fabuleux patrimoine naturel, et présente un fort taux d'endémisme.

A travers sa mosaïque d’habitats, 98% des mammifères terrestres, un tiers des oiseaux et près de 80% des amphibiens sont endémiques de l’île. Certaines de ces espèces sont emblématiques comme le Babiroussa, ce cochon aux larges canines, unique représentant de son genre ou le Maleo, cet oiseau qui enterre ses œufs pour profiter de l’énergie solaire ou géothermique afin de les incuber, ainsi que la très rare et menacée civette palmiste géante, carnivore strictement endémique du nord et centre de l’île.

Le Sulawesi abrite donc un fabuleux patrimoine naturel et, au regard de cette biodiversité et des menaces qui pèsent sur elle, il constitue l’un des 34 hotspots de la biodiversité planétaire.

> En savoir plus sur notre première expédition scientifique qui s’est déroulé en octobre 2014.

Plantation_huile_palme_Matarombeo

Les abords du massif de Matarombeo sont menacés par le développement des plantations d'huile de palme.