Este no es el final, pero tiene el sabor

Bernardin, llevando al equipo en el macizo de Makay, Madagascar

Malheureusement, pour la petite équipe regroupée deux nuit durant sur le camp 4, c’est déjà l’heure du retour au camp de base. A 7h du matin, tout le monde est sur le pied de guerre. Tous, sauf nos porteurs d’ordinaire conciliants et agréables, qui jouent ce matin à nous faire tourner en bourrique. L’objet? Le poids des sacs bien sûr. Ce genre de passage délicat est très habituel au moment de la distribution des sacs. Il y a ceux d’entre nous qui en ont l’habitude et ceux qui n’aiment pas du tout ça. Il y a ceux d’entre eux qui rigolent et ceux qui ne disent rien et qui se cachent… Entre autres entourloupes, je vous cite ceux qui tentent de partir le plus vite possible sans attendre que tous les sacs aient été distribués et équilibrés… Bref, c’est toujours l’occasion d’une petite hausse de ton et d’un recadrage qui peut aussi bien s’avérer efficace sur un groupe de dix porteurs comme nous avons là que totalement inutile sur un groupe de cent porteurs comme nous avions lors de l’expédition précédente. Bruno, nouveau dans ce genre d’exercice en perd son sang froid et démarre la journée comment dire… un tantinet sur les nerfs!

El descenso es el esperado más rápido que el aumento, pero los cuerpos están cansados ​​y necesitan un descanso.
La realidad es menos romántica.

Basta con decir que todos nuestros amigos eran investigadores rápido recorrido por el sitio.

Dalle de gre, Makay, Madagascar

Alrededor del mediodía, la comitiva toma su forma antes de la tormenta y llegó al campamento base en el borde de Mangoky.

Bruno et moi restons quelques heures de plus pour ajouter des plans esthétiques au documentaire. Des heures de mise en place pour quelques secondes de belles images. Puis l’idée farfelue de filmer une progression très aquatique dans l’étroit canyon en aval repéré avec Nicolas quelques jours plus tôt, émerge. Il s’agit de descendre avec nos sacs remplis de nos appareils photos et objectifs couteux dans l’eau et de réaliser quelques images d’action. La séance est agréable. A l’ombre des 40° extérieurs, nous sommes au frais dans l’eau. Mais le terrain sous nos pieds dans cette eau marron, est loin d’être stable. Concentré sur l’image, le sac sur la tête, de l’eau jusqu’au cou, j’avance encore et encore avec prudence, jusqu’au pas de trop. Soudain, il n’y a plus rien sous mes pieds. Incapable de soutenir mon sac tout en nageant, je coule littéralement et mon sac prend un bain. Quelques mouvements désespérés plus tard, je n’ai toujours pas pied mais je réussis tant bien que mal à faire tenir mon sac sur un des flancs du canyon, tout en battant des jambes le plus fort possible. Je ne vais pas tenir longtemps comme ça. Bruno arrive à ma rescousse mais plus petit que moi, perd pied également sans avoir pu toucher mon sac. Nous voilà bien ! Sortant de ce mauvais pas, nous décidons de rentrer au camp. Bien nous en prend car sur le chemin, la pluie fait son apparition. Une pluie d’abord bretonne puis tropicale. Ce que nous avions réussi à ne pas mouiller dans notre intrépide aventure aquatique, se retrouve trempé en quelques secondes. Nous avec! Nous croisons une famille qui remonte la rivière, pieds nus, presque sans habits, sans sacs. Que font-ils, où vont-ils, nous ne le saurons pas. L’homme tient dans sa main un morceau d’écorce dans lequel se consume quelques braises. Les gardent-ils pour son repas ou pour mettre le feu sur son passage, nous ne le saurons pas non plus. Impossible de communiquer malheureusement.

De regreso al campamento, el estado de ánimo es sombrío.

Es la hora del almuerzo, el último del campamento, el último de la Makay.

Standoff durante el envío, Makay, Madagascar

2 réflexions au sujet de «Este no es el final, pero tiene el sabor»

  1. Evrard, nunca miedo de nada?

    Espero que esté satisfecho con su envío y que los resultados se coincida con el esfuerzo de todos los equipos Makay, he aprendido mucho a través del Diario, gracias por el viaje que ha permitido

    • Bonjour Anne,
      Volver a Tana, me gustaría conocerte a ti muchas gracias por todos los mensajes que leemos con mucho gusto todos los días.
      Je suis effectivement très heureux de cette expédition. Bien entendu, tout n’est pas rose mais l’équipe était fantastique, l’entraide générale, l’enthousiasme permanent… et les résultats sont là. C’est une bien belle moisson que nous avons faite ces dernières semaines et qui vient compléter les beaux résultats de la mission de novembre-décembre. Le nombre de nouvelles espèces collectées est extraordinaire et j’en suis très fier.
      Estoy convencido de que hoy tenemos todos los argumentos posibles para que este Makay, la siguiente área protegida de Madagascar.
      Bien à vous,
      Evrard

Deja un comentario

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Los campos necesarios están marcados *

9 + 5 =