Negociación

Premier vol au-dessus de Tsivoko en paramoteur lors de l'expédition Naturevolution dans le Makay à Madagascar

Viernes, 08 de enero 2010

Varias acciones al mismo tiempo se llevó a cabo esta mañana y todo fue muy rápido.

Mientras Julien, el piloto de paramotor, la preparación de su equipo para el despegue para filmar las primeras imágenes aéreas de la aldea (la idea es ser capaz de disparar fuera de la aldea por la colonia portador), el centro del pueblo, reinaba

Max, y Fredo Evrard continuó negociando con los transportistas.

La situación sigue bloqueada con los porteadores.

En total, se contrataron 37 porteadores, hombres y mujeres de este enlace los días para nuestro primer campamento.

La salida se dio finalmente a mediodía pero debido a un pequeño lío en el restante tienda PPG y ser transportado por dos portadores, el grueso de las tropas comenzó sin Aymeric y Evrard, se quedó en el pueblo.

Le dernier groupe emmené par Evrard a quitté le village une bonne heure après les premiers et a pris à toute allure la direction de la rivière Menapanda afin de rattraper la troupe. Après 45 minutes de marche, ils ont rejoint la rivière et s’est arrêté immédiatement. Comment était-il possible de ne voir aucune trace sur les berges alors qu’ils étaient censés être passés à plus de 50 personnes? Aymeric et Evrard ont décidé alors de monter sur les deux collines avoisinantes afin de tenter de reprendre contact par radio avec l’équipe. Retour infructueux pour Evrard sur la colline rive droite tandis qu’Aymeric a réussi in extremis à capter Fredo sur la rive gauche. Il est donc resté au sommet afin de faire la liaison entre les deux groupes. L’ambiance au sein du peloton était très mauvaise apparemment et les porteurs étaient au bord de la rébellion. Il s’agissait donc pour Evrard de les retrouver au plus vite mais encore fallait-il savoir où ils se trouvaient. Au bout d’une demi heure de communication difficile, un nom a été prononcé à la radio. Un coup d’œil sur la carte et Evrard s’est aperçu qu’ils s’étaient complètement trompés de rivière et qu’ils étaient à plusieurs kilomètres au nord de la route normale. Un peu excédé et inquiet de ne pas arriver à la destination prévu le soir, Evrard a pris immédiatement son sac avec une radio et a quitté son petit groupe composé de Mathieu et Nicolas, les deux cadreurs, d’Aymeric et Igor, de Julien et de deux porteurs. Il espérait pouvoir couper facilement à travers bois mais c’était sans compter sur le relief très accidenté de la région et les forêts denses des environs. Finalement il a dû redescendre presque jusqu’au niveau du village pour remonter sur une colline puis une autre et ainsi de suite en plein caniard et sans précision sur la destination. Il a fini par perdre le contact avec Aymeric (qui s’est perdu d’ailleurs aussi en tentant de retrouver la rivière Menapanda) et heureusement par reprendre contact avec le groupe principal à la radio ce qui lui a confirmé qu’il s’en approchait. Cette radio était le seul moyen pour lui de se guider mais en même temps une grande source de stress car Tanguy lui annonçait sans cesse que les porteurs était sur le point de repartir au village et de réclamer de l’argent. Finalement Evrard a rejoint tout le monde après près de 2h de course de montagne par plus de 45°C et après avoir traversé des zones bien désagréables d’arbustes piquants. Il a surgi à quelques mètres du groupe dans le lit d’une rivière sèche complètement épuisé, déshydraté et brulé par quelques plantes urticantes. Fredo et Greg l’ont alors retrouvé et lui ont expliqué qu’il fallait qu’il se montre fort devant les porteurs. Une tâche bien difficile à se moment là!

Después de un mini descanso para tomar un poco de azúcar y bebidas, Evrard ha regañado transportistas y su propensión a hacer su propio camino y no seguir las instrucciones.

El cuerpo principal ha alcanzado un pase bastante antes de descender al Menapanda pero los rezagados se perdieron de nuevo, los tenedores que trazaban su camino sin demora.

Al llegar al campamento, la mayoría de la gente ya estaba en la cama.

Deja un comentario

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Los campos necesarios están marcados *

19 − 3 =