(3/6) Reforestation: Opportunities and Limitations

Après avoir évoqué l’état des lieux de la déforestation dans le monde and l'(in)action des gouvernements en la matière, nous faisons le point ici sur la reforestation, ou plutôt sur la myriade d’initiatives différentes que ce terme englobe – chaque acteur ayant bien entendu sa définition du terme et son objectif propre, que celui-ci soit politique, social, économique ou environnemental. À l’heure où Naturevolution lance le projet 1 million trees for Makay afin de créer des ‘forêts utiles’ près des villages, et ainsi réduire la pression sur les forêts du massif, il nous semble d’autant plus pertinent de se pencher sur le contexte local et global où s’inscrit ce projet.

Reforest [ʁǝ.bwɑ.ze] : Planting trees on land where there were woods that were destroyed.

Afforestation or reforestation?

Often considered synonymous, we choose to use the term here reforestation to indicate the fact planting trees in generalWithout the type, destination or use of the forest created for clarification.

Other terms describe specific activities, but the meaning of words retains an element of uncertainty: reforestation (qui nous semble plus adapté pour parler de restauration de forêts similaires à celles qui existaient par le passé à cet endroit), Re-ensauvagement or rewilding (Making land the nature actively or passively), regeneration of natural vegetation – mais celle d’il y a 500 ans ou 10.000 ans ? – etc.

Le terme de plantation est plutôt utilisé pour parler de projet où la finalité économique prime : il s’agit souvent de monocultures intensives, parfois appelées ‘cultures de rente’ (cash crops) lorsqu’elles sont majoritairement destinées à l’exportation.

Reforest massively against climate change?

In 2015, the biologist Thomas Crowther counted for the first time the number of trees in the world and had arrived at the figure of 3.000 billion, about 422 trees per capita.

According to a new study de l’ETH-Zürich en Suisse de juillet 2019, il serait possible d’ajouter 1.000 milliards d’arbres sur la planète, ce qui permettrait d’absorber 205 gigatonnes de CO2 et de faire diminuer de 25 % le taux de CO2 dans l’atmosphère au cours des 40-100 prochaines années si nous plantons les bons arbres aux bons endroits. Il est bon de noter qu’il s’agit d’un scénario réaliste et que ces 1000 milliards d’arbres ne viendront pas accaparer des terres agricoles aujourd’hui utilisées. Il s’agit plutôt de terres abandonnées ou dégradées, mais les chercheurs n’étaient pas en mesure de déterminer s’il s’agissait de terrains privés ou publics.

Nursery in Madagascar
The first initiative of village nurseries established by Naturevolution early in the Makay project.

A scenario far from a panacea

This project is a great opportunity to mitigate some of the effects of the climate crisisBut only in the medium term carbon storage is not immediate. It is also ofa "carbon storage capital" finished If trees can absorb much of the CO2 generated to date in the atmosphere, the fact remains that we must stop inject such amounts of it every day.

It is important to note that reforestation projects associated with the resale of carbon credits generated in the form of "rights to emit greenhouse gases," as is sometimes the case, just cancel the benefits described in the study above (the absorption of existing CO2). We will not cover the broad topic of carbon finance in this article, but Friends of the Earth have achieved a very good record on the subject, with many links to deepen.

Such large-scale reforestation can only have very few benefits in terms of biodiversity. Près de la moitié des annonces de reforestation dans le cadre du Challenge de Bonn sont en réalité de nouvelles plantations d’acacia et d’eucalyptus destinées à être récoltées, ne permettant pas un stockage à long terme du carbone par rapport à des forêts naturelles (qui ne représentent que 34% des engagements). Il s’agit purement et simplement de greenwashing visant à déguiser une agriculture intensive sous les atours d’une solution climat. Les plantations forestières, généralement monospécifiques ou faiblement diversifiées, ne permettent ni de restaurer les riches écosystèmes détruits par la déforestation, ni souvent d’abriter une frange intéressante de la biodiversité locale. Dans certains cas, le contexte devient même moins favorable à la biodiversité que si rien n’avait été entrepris.

Seuls les différents projets de régénération de forêts peuvent donc être considérées comme bénéfique du point de vue environnemental, qu’il s’agisse de créer des forêts à usage mixte (végétation native intercalée de cultures), de recréer activement des forêts proches des forêts initiales ou de ré-ensauvager passivement. Une telle finalité dans un projet est généralement clairement affichée et explicitée.

Plantation de palmiers à huile à Sulawesi (Indonésie)

Les plantations sont aussi exigeantes en eau et resteront plus vulnérables que des forêts matures aux feux, maladies et orages le temps de leur croissance. Leur entretien est donc essentiel. Une utilisation non destructrice de la ressource bois ainsi générée (pour la construction ou l’ameublement) peut permettre un stockage plus long du CO2 avant son relâchement dans l’atmosphère.

Le reboisement peut présenter de nombreux autres avantages comme l’enraiement de l’érosion, la rétention de l’eau dans le sol, un bénéfice en terme de précipitations dans le climat régional, ou encore en fournissant des ressources aux populations environnantes et en réduisant d’autant la pression sur d’autres forêts que l’on cherche à protéger. C’est précisément ce que Naturevolution envisage avec le Village Forestry Project in the Makay massif in Madagascar.

The fact remains that before planting new forests we should first stop destroying the magnificent primary forests that we remain!

Formation of pit in Makay by an erosion process.

Panorama reforestation policies worldwide

While deforestation is far from being under control and that measures taken to curb it sont insuffisantes, les gouvernements font le choix de campagnes massives de plantation d’arbresOften highly publicized.

2011 - Germany and the International Union for Conservation of Nature (IUCN) launch Challenge de Bonn. The objective is to reforest 150 million hectares by 2020In order to halt the loss of forest area.

2014 - the ambition is revised upwards with the " New York Declaration on Forests "At the climate summit. The objective passes 350 million hectares by 2030.

The country went further by number of trees planted or announced, without always consistent:

  • Australia wants to plant one billion trees by 2050, but continues to cut primary forests.
  • Pakistan announces 10 billion trees by 2030.
  • India beating a world record in 2017 with 66 million trees planted in 12 hours with the help of 1.5 million volunteers.
  • The city of Milan announced a target of 3 million trees by 2030.
  • Iceland planted 3 to 4 million trees since 2015.
  • Madagascar wants to become a green island with a target of 40 million trees planted per year.
  • En 2019, Ethiopia planted 363 million trees in 12 hours, breaking the record of India. The country wants to replant more than 4 billion trees in the coming months. 4% of the territory is currently covered by forests, against 1/3 in the early 20nd century.

Does it work?

Ces campagnes de plantation d’arbres, comme celles de l’Ethiopie entre 2010 et 2015, cachent souvent une dure réalité : faute d’entretien, 75% des graines semées ou des arbres plantés n’ont pas survécu.

Mais des succès passés montrent que ces campagnes – si tant est qu’elles soient bien réalisées – peuvent fonctionner :

  • In South Korea, following a massive reforestation program which lasted 25 years, the share of territory covered by forests has increased from 35% to 64%.
  • China reboise à grande échelle depuis les années 80, et prévoit de compléter en 2050 une ceinture forestière de 4500km de long pour contenir l’expansion du désert de Gobi. Si le retour de la couverture forestière est un franc succès, la plupart des zones reforestées présentent une diversité végétale extrêmement faible : entre 2 et 5 espèces d’arbres, sur un pays qui fait 40 fois la taille de la France. Les nouvelles forêts ainsi recréées ne permettent pas le retour de la biodiversité.
  • France now has more forests in the Middle Ages thanks to forest management policies. Forest area increases, only one third of the annual biomass production being harvested. Le peu de diversité des forêts y est également critiqué, notamment pour faire face aux crises de la biodiversité et du réchauffement climatique. La privatisation de l’ONF en cours (2019-2020) n’augure rien de bon pour les forêts françaises.
Evolution of forest cover in France between 1830 and 2019.
Evolution of forest cover in France between 1830 and 2019.

Read more: Why Green Pledges Will Not Create the Natural Forests We Need (in English) is an excellent article on the successes and failures of national reforestation projects.

And rewilding in?

The rewilding - or rewilding - consists of returning land to nature, either by recreating what was there before (a tropical forest, a savanna, etc.), or by letting nature take back its rights all by itself.

This practice is particularly necessary in Europe, only 4% of the territory being protected there. (and many uses are sometimes allowed, such as hunting). It is in particular in the face of this observation that theQUOTATION MARKS a créé le concept de Réserve de Vie Sauvage®, « un espace naturel dont la gestion est la non gestion, ou la libre évolution ». Les Réserves de Vie Sauvage de l’ASPAS sont reconnus comme les seuls espaces naturels de France, publics ou privés, acceptés au sein du réseau de protection de la biodiversité Rewilding Europe.

Ailleurs dans le monde, on peut citer les projets suivants :

Evolution of forest cover in the area of ​​Salgado between 2001 and 2019.
  • The project Omar Tello illustrates stranger bought 7 hectares of pastures (deforested long ago) and are replanted plants for 30 years he has saved from deforestation in all the countries. He is honored in very nice video (9 min).
  • the botanist Akira Miyawaki has developed a method to restore a virgin forest on an extremely short time 30 years instead of 300 years! An estimated 40 million people of virgin forest trees that Miyawaki method a permis de planter à travers le monde. De nombreuses initiatives ont adapté la méthode Miyawaki à leur contexte local, qu’il soit tempéré ou tropical.

In conclusion : il est tout à fait possible de faire ET de la reforestation ET de favoriser la biodiversité, il suffit de bien s’y prendre. Et la priorité reste bien entendu de stopper la déforestation. On vous présente des manières concrètes de lutter contre la déforestation, classées par ordre d’importance dans notre prochain article : How to act against deforestation?

Our Partners

This reforestation project is supported by Maltem

Initial funding to the tune of € 10,000 was obtained from Ermada - Sale of Malagasy handicraftsEnabling the launch of Village Forestry Project. Maltem is an ecosystem of specialized consulting companies in the digital transformation and sustainable innovation, and a partner of Naturevolution since 2016.

The entire series of articles

An article proposed by Gaëtan Deltour and Yann Bigant

Comments are closed.