Our Mission

Naturevolution is an environmental organization that works to preserve and improve knowledge of biodiversity.

Why?

Because biodiversity is indispensable...

Three examples among thousands of others on the value of biodiversity :
Did you know that trees transpire and in injecting water into the atmosphere, contribute very significantly to precipitation ? In fact, they are true rain factories and on the continents, forests are even the principal source of rain. To give you an idea, something like 20 billion tons of water vapor per day is absorbed by wind in the Amazon, eventually falling as rain along the La Plata Basin. This rain feds the agricultural economy of this region at an estimated value of 190 billion Euros per year.

Saviez-vous que près de 70% de nos médicaments actuels sont basés sur l’étude des structures moléculaires végétales ? Rien qu’à Madagascar, sur les 12 000 espèces de plantes connues là-bas, plus de 900 sont utilisées à des fins thérapeutiques.

Connaissez-vous le rôle des insectes pollinisateurs ? Leur action a été estimée à 150 milliards d’euros par an. Sans eux, le coût de la production agricole mondiale augmenterait de 8%. Autant dire qu’une hécatombe parmi ces organismes aurait d’énormes et dramatiques conséquences économiques et sociales.

Biodiversity provides everything we need to eat, to breathe, to drink, and to live.

Because biodiversity is diminishing at a high speed...

Nous le savons mais nous continuons à scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Au rythme actuel de ces dégradations, on estime que la moitié des espèces aura disparu avant la fin du 21ème siècle. C’est la 6ème crise d’extinction massive des espèces, la plus rapide que la terre ait connue, nous en sommes les uniques responsables et beaucoup d’espèces disparaîtront avant même leur découverte.

Because we know little about biodiversity and its interactions...

Nous ne savons pas encore à quel moment les dégradations que nous infligeons à la nature seront trop importantes et mèneront au crash écologique.

Nous connaissons déjà 1,8 millions d’espèces mais on estime qu’il en reste entre 8 et 30 millions à découvrir sur la planète. Or, à la vitesse actuelle des découvertes (environ 16 000 espèces nouvelles chaque année), il faudrait près d’un millénaire pour terminer l’inventaire global de la biodiversité planétaire. Mais que restera t-il à inventorier dans 1000 ans alors que les dégradations d’espaces naturels s’accélèrent ?

Hapalemur

A hapalemur intrigued by the unexpected visit of funny bipeds. Makay range, Madagascar