This is not the end, but it has the taste

Bernardin, carrying the team in the massif of Makay, Madagascar

Malheureusement, pour la petite équipe regroupée deux nuit durant sur le camp 4, c’est déjà l’heure du retour au camp de base. A 7h du matin, tout le monde est sur le pied de guerre. Tous, sauf nos porteurs d’ordinaire conciliants et agréables, qui jouent ce matin à nous faire tourner en bourrique. L’objet? Le poids des sacs bien sûr. Ce genre de passage délicat est très habituel au moment de la distribution des sacs. Il y a ceux d’entre nous qui en ont l’habitude et ceux qui n’aiment pas du tout ça. Il y a ceux d’entre eux qui rigolent et ceux qui ne disent rien et qui se cachent… Entre autres entourloupes, je vous cite ceux qui tentent de partir le plus vite possible sans attendre que tous les sacs aient été distribués et équilibrés… Bref, c’est toujours l’occasion d’une petite hausse de ton et d’un recadrage qui peut aussi bien s’avérer efficace sur un groupe de dix porteurs comme nous avons là que totalement inutile sur un groupe de cent porteurs comme nous avions lors de l’expédition précédente. Bruno, nouveau dans ce genre d’exercice en perd son sang froid et démarre la journée comment dire… un tantinet sur les nerfs!

The descent is as expected faster than the rise but the bodies are tired and require a break.
The reality is less romantic.

Suffice to say that all our friends researchers were quick tour of the site.

Dalle de Gre, Makay, Madagascar

Around noon, the procession takes its way before the storm and reached the base camp at the edge of Mangoky.

Bruno et moi restons quelques heures de plus pour ajouter des plans esthétiques au documentaire. Des heures de mise en place pour quelques secondes de belles images. Puis l’idée farfelue de filmer une progression très aquatique dans l’étroit canyon en aval repéré avec Nicolas quelques jours plus tôt, émerge. Il s’agit de descendre avec nos sacs remplis de nos appareils photos et objectifs couteux dans l’eau et de réaliser quelques images d’action. La séance est agréable. A l’ombre des 40° extérieurs, nous sommes au frais dans l’eau. Mais le terrain sous nos pieds dans cette eau marron, est loin d’être stable. Concentré sur l’image, le sac sur la tête, de l’eau jusqu’au cou, j’avance encore et encore avec prudence, jusqu’au pas de trop. Soudain, il n’y a plus rien sous mes pieds. Incapable de soutenir mon sac tout en nageant, je coule littéralement et mon sac prend un bain. Quelques mouvements désespérés plus tard, je n’ai toujours pas pied mais je réussis tant bien que mal à faire tenir mon sac sur un des flancs du canyon, tout en battant des jambes le plus fort possible. Je ne vais pas tenir longtemps comme ça. Bruno arrive à ma rescousse mais plus petit que moi, perd pied également sans avoir pu toucher mon sac. Nous voilà bien ! Sortant de ce mauvais pas, nous décidons de rentrer au camp. Bien nous en prend car sur le chemin, la pluie fait son apparition. Une pluie d’abord bretonne puis tropicale. Ce que nous avions réussi à ne pas mouiller dans notre intrépide aventure aquatique, se retrouve trempé en quelques secondes. Nous avec! Nous croisons une famille qui remonte la rivière, pieds nus, presque sans habits, sans sacs. Que font-ils, où vont-ils, nous ne le saurons pas. L’homme tient dans sa main un morceau d’écorce dans lequel se consume quelques braises. Les gardent-ils pour son repas ou pour mettre le feu sur son passage, nous ne le saurons pas non plus. Impossible de communiquer malheureusement.

Back at camp, the mood is gloomy.

It's lunch time, the last of the camp, the last in the Makay.

Standoff during shipping, Makay, Madagascar

2 thoughts on "This is not the end, but it has the taste»

  1. Evrard, you never afraid of anything?

    I hope you are happy with your shipment and that the results will match the efforts of all teams Makay, I learned a lot through the Logbook, thank you for the journey you have allowed us to

    • Hello Anne,
      back to Tana, I would like to meet you to thank you very much for all your messages we read with great pleasure every day.
      I am indeed very happy with this expedition. Of course, not everything is rosy but the team was fantastic, the general support, the constant enthusiasm ... and the results are there. It is a very beautiful harvest that we have had in recent weeks and which complements the beautiful results of the November-December mission. The number of new species collected is extraordinary and I am very proud of it.
      I am convinced that today we have all the possible arguments to make this Makay, the next Protected Area of ​​Madagascar.
      Sincerely,
      Evrard

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

20 + 9 =